Articles

5 faits surprenants qui changeront votre vision d’Edgar Degas

Pas très beau à voir, Degas.

Nous avons peut-être un jour de retard sur le train des anniversaires, mais nous ne pouvions pas laisser passer l’occasion de célébrer Edgar Degas. De notre point de vue, toute raison est bonne à prendre. Cependant, lors de nos recherches sur le peintre, nous avons découvert des détails étonnamment peu recommandables sur l’artiste qui, pour le dire légèrement, compliquent nos sentiments.

Si vous préférez préserver votre admiration pour Degas, nous vous conseillons sérieusement de vous détourner. Sinon, soyez prévenus : Les 5 faits que nous sommes sur le point de révéler vont changer la façon dont vous pensez à Edgar Degas – et ce ne sera pas pour le mieux.

Edgar_Degas_-_The_Ballet_Class_-_Google_Art_Project

Edgar Degas, La classe de danse (1873-1876).
Photo : via Wikipedia.

1. Ces ballerines qu’il est célèbre pour avoir peintes ? Il les appelait ses « petites filles singes ».
Il s’avère que Degas était un véritable misogyne. Dans un article de Vanity Fair, l’historien de l’art John Richardson note que Degas prenait plaisir à voir ses modèles se contorsionner dans l’agonie, préférant les représenter comme si elles « regardaient par le trou d’une serrure » sous l’effet du stress, les pieds « à vif et en sang ». Il va sans dire que cette nouvelle entache nos expériences romancées de la répétition du ballet et du cours de danse.

2. Degas était un célibataire de toujours.
C’est vrai, Degas ne s’est jamais marié. Quant à savoir pourquoi il était un tel célibataire ? Eh bien, cela a peut-être à voir avec le fait qu’il assimilait les femmes à des chevaux de course. Pour enfoncer le clou, Degas a dit un jour : « J’ai peut-être trop souvent considéré la femme comme un animal. »

Mais attendez, il y a pire…

Cottonexchange1873-Degas

Edgar Degas, Un bureau de coton à la Nouvelle-Orléans (1873).
Photo : via Wikipedia.

3. Il était également farouchement antisémite.
Selon le Chicago Tribune, l’antisémitisme de Degas résulte de l’Affaire Dreyfus, dans laquelle un militaire français d’origine juive a été accusé à tort de trahison. La France est divisée et ses artistes le sont aussi. Degas, poussé par les difficultés entrepreneuriales de sa famille dues à des concurrents juifs, choisit d’adopter des sentiments antisémites.

hb_2007.529

Edgar Degas, Homme nu couché (1855).
Photo : via Metropolitan Museum of Art.

4. Il a souvent été décrit comme un « vieux grincheux », mais l’écrivain George Moore a tenté de clarifier les choses.
Dans le numéro de 1918 du Burlington Magazine for Connoisseurs, le romancier irlandais George Moore a contesté la réputation de vieux grincheux de Degas. Au contraire, Moore a révélé que Degas se présentait comme tel pour faire fuir les gens. Comme Degas lui aurait expliqué, « L’artiste doit vivre à l’écart, et sa vie privée rester inconnue. »

5. On se souvient de Degas comme l’un des « fondateurs de l’impressionnisme », et il l’aurait probablement détesté s’il était vivant aujourd’hui.
Contrairement à la croyance populaire, Degas aurait plutôt été considéré comme un indépendant que comme un impressionniste (et encore moins comme l’un de ses membres fondateurs). L’artiste était farouchement protecteur de son style et refusait initialement de s’associer à d’autres mouvements. Il convient de mentionner que la première ambition de Degas était de devenir un peintre d’histoire.

Suivez Artnet News sur Facebook :

Vous voulez rester à la pointe du monde de l’art ? Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles, les interviews révélatrices et les prises critiques incisives qui font avancer la conversation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.